Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | samedi 25 juin 2022

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Santé Diététique et forme

Santé > Diététique et forme

Publié mardi 22 octobre 2013 17:19 1888 Lectures

Ostéoporose et activité physique

Imprimer
L'ostéoporose est une maladie qui fragilise les os et qui expose les personnes qui en sont atteintes au risque de fracture (colonne vertébrale, poignet, col du fémur). Les causes incriminées dans la perte osseuse rapide sont nombreuses et la ménopause représente l’une d’elles. Des facteurs de risque tels que l’intoxication alcoolo-tabagique, des apports alimentaires insuffisants en calcium, l’immobilisation prolongée, la sédentarité, etc, précipitent également cette maladie.

Ainsi, si pour certains facteurs de risque, faisant partie du bagage génétique, nous restons désarmés face à l’ostéoporose, d’autres peuvent facilement être modifiés car résultent beaucoup plus du changement du style de vie. Pratiquée dans le cadre de la prévention afin de minimiser la déperdition osseuse, d’éviter les chutes et leurs récidives chez la personne ostéoporotique, l’activité physique revêt une importance capitale. A condition d’être adaptée à chaque cas, les bénéfices secondaires à cette pratique sont multiples.

S’il a été démontré que la pratique d’activité physique ralentissait la perte osseuse et favorisait, de surcroit, un gain de celle-ci, il faut néanmoins préciser que ces effets bénéfiques dépendent de plusieurs facteurs en rapport avec l’âge, le type, la durée, l’intensité et la fréquence des exercices effectués, la région considérée, la préexistence ou pas d’ostéoporose, les antécédents d’activité physique régulière et le maintien à long terme de celle-ci.

Les exercices physiques les plus propices pour le renforcement des os sont ceux source de contraintes au niveau de l’organisme : pratique d’exercices en position debout (ex : marche rapide, course à pied), traction au niveau des attaches osseuses permise grâce aux contractions musculaires et port de petites à moyennes charges (haltères, lestes).

Chez les personnes âgées et ostéoporotiques, la prudence voudra que l’effort physique soit de moyenne intensité (ex : marche journalière > 1/2 heure, natation), certes moins efficace, mais, ayant l’avantage d’amoindrir le risque de chutes et de fractures. Enfin, dans certains cas où le renforcement du squelette dans sa globalité n’est pas réalisable, quelques facteurs en présence (âge, existence d’ostéoporose, antécédents de fracture, etc) devront être préalablement considérés afin d’utiliser des charges plus ou moins importantes, de façon localisée, sur les régions à risque, source d’un rendement osseux intéressant.

Quels sont les autres bénéfices de l’activité physique ?

En plus de fortifier l’os, l’activité physique a également l’avantage de renforcer les muscles (membres inférieurs, colonne vertébrale), d’entretenir la souplesse (colonne vertébrale, chevilles), de préserver de bons réflexes, de garder un équilibre satisfaisant et, par conséquent, de limiter chutes, fractures et dépendance fonctionnelle. Par ailleurs, grâce à la répétition des mouvements, la pratique d’exercices  permet d’entretenir la mobilité articulaire et de protéger la colonne vertébrale (travail des muscles abdominaux et fessiers, correction posturale, assouplissements musculaires). Ceci étant, afin d’éviter les complications relatives à une activité physique intense ou inadaptée, les recommandations suivantes sont de mise :

- réalisation d’un examen médicosportif préalable à l’activité physique,
- évitement des activités pourvoyeuses de chutes (volley-ball, basket-ball,...) et trop contraignantes notamment pour une colonne vertébrale fragile (soulèvement de poids corps penché en avant),
- respect de certaines mesures prévenant les lésions musculo-tendineuses (échauffement et   
hydratation suffisants, adaptation du matériel en fonction de la morphologie du sujet,  
choix de la nature des terrains de sport,
- surveillance régulière, lors d’une pratique physique au long cours, des personnes exposées aux risques de chutes, à la recherche d’une fatigue importante, d’une perte de poids, d’une intolérance à l’effort et de douleurs rebelles.       

Mes conseils :

En matière de prévention de l’ostéoporose, l’activité physique se doit non seulement d’être régulière, afin d’être efficace, mais surtout adaptée à chaque sujet. Si la lutte contre certains facteurs favorisant les chutes (cheville raide, manque d’équilibre, etc) fait appel à la rééducation fonctionnelle, quelques imprudences pourront être évitées en permettant un bon chaussage (semelle antidérapante, talon pas trop haut, bon maintien du pied), un éclairage satisfaisant, une surveillance régulière de l’acuité visuelle, etc.

Enfin, les sujets très ostéoporotiques devront se rapprocher d’un professionnel en médecine du sport, afin de prendre connaissance et de maîtriser les comportements physiques inadéquats pouvant leur porter préjudice (exécution des mouvements, maintien du dos, utilisation des charges, principes de l’entrainement,…).

Dr. Maziz-Hammoudi L.